Expositions passées

Heures italiennesPeintures du XVIIIe siècle
 

 

Du 9 mars au 21 août 2017
 

Surtout connue pour ses cathédrales, la Picardie est riche de près de cinq cents tableaux italiens datés entre le XIVe et le XVIIIe siècle !

Le Musée de Picardie à Amiens, le Musée Condé à Chantilly, le MUDO musée de l'oise et la Galerie nationale de la tapisserie à Beauvais et les Musées et domaine nationaux de Compiègne s'associent pour offrir au public un large panorama de la peinture italienne des Primitifs à la fin de l'âge baroque.

Le palais de Compiègne se met à l'heure italienne pour présenter plus d'une soixantaine de toiles du XVIIIe siècle illustrant les principaux courants de cette époque en Italie.

► Télécharger le communiqué de presse :PDF iconcp_heures_italiennes.pdf

Winterhalter, portraits de cour entre faste et élégance
Du 30 septembre 2016 au 15 janvier 2017
 
Dernier grand peintre de cour que l’Europe ait connu, Franz Xaver Winterhalter eut un destin exceptionnel. Bien que le portrait d’apparat fût un genre très codifié, Winterhalter sut varier et renouveler ses compositions, s’adaptant avec brio aux goûts de ses commanditaire, devenant le portraitiste attritré des cours européennes.

Le palais de Compiègne organise avec le musée des Augustins de Fribourg-en-Brisgau et le Museum of Fine Arts de Houston une exposition exceptionnelle dédiée à Winterhalter. A cette occasion, il bénéficie de prêts importants des collections de Sa Majesté la reine Elisabeth II d’Angleterre et du musée national du château de Versailles. L'exposition s'attache à retracer la carrière de Winterhalter et plus particulièrement ses envois au Salon et les commandes des deux maisons régnantes françaises.
 
 
L'épopée fantastique, cycles et motos, 1860-1920
 

Du 8 avril 2016 au 25 juillet 2016
 
Les années 1860-1920 furent, à travers le vélocipède et le Grand-Bi, particulièrement propices aux innovations tandis que les courses cyclistes rencontraient un succès populaire dès 1860. De leur côté, les premières motos, qui sont apparues au cours des années 1890, connurent un développement technologique et commercial remarquable dans les premières années du XXe siècle.

A l'occasion du 120e anniversaire de la célèbre course cycliste Paris-Roubaix, le musée national de la Voiture propose d'illustrer ces moments forts de l'histoire des deux-roues, autour d'une récente acquisition de cycles et motocycles provenant de l'ancienne collection Claude Reynaud et de plusieurs oeuvres essentielles de sa collection.

► Télécharger le communiqué de presse : PDF iconcp_epopee_fantastique.pdf
 

Les porcelaines sortent de leurs réserves

 

Du 16 octobre 2015 au 7 mars 2016

Le palais de Compiègne conserve une exceptionnelle collection de porcelaines de Sèvres datant de 1800 à 1870, commandes impériales ou royales. Une trentaine de pièces, parmi les plus spectaculaires et les plus rares sortent exceptionnellement de leurs réserves.

Marcello, femme artiste entre cour et bohême
Du 16 octobre 2015 au 1er février 2016
 

Cette exposition se propose de mettre en lumière une figure méconnue de l'art du Second Empire, la sculptrice Marcello, de son vrai nom Adèle d'Affry (1836-1879), duchesse de Castiglione Colonna. Elle éclaire également le destin singulier d'une aristocrate éprise de liberté, tiraillée entre ses aspirations et les conventions de son milieu social.

Veuve à vingt ans, elle trouva une consolation dans l'art. Après s'être formée en dehors du système académique, elle fit ses débuts avec succès au Salon de 1863 sous le pseudonyme de Marcello. Invitée à la cour par l'impératrice Eugénie, elle prit part à trois reprises aux séries de Compiègne. Elle reçut plusieurs commandes impériales et poursuivit une carrière internationale. Sa Pythie, l'une des sculptures les plus fortes et les plus étonnantes créées sous le Second Empire, fut acquise par Charles Garnier pour l'Opéra.

► Télécharger le dossier de presse de l'exposition : PDF icondp_marcello_exposition_compiegne.pdf

 


 
Thomas Couture dans les collections du palais de Compiègne
 

Du 17 octobre 2015 au 1er février 2016
 

Le palais de Compiègne s'associe au Musée de l'Oise de Beauvais, au Musée d'Art et  d'Archéologie de Senlis, au Musée de la Vie romantique à Paris, au musée de Picardie à Amiens et au Musée Antoine Vivenel à Compiègne pour célébrer le bicentenaire de la naissance de Thomas Couture. Grâce à la générosité de ses descendants, le palais de Compiègne conserve le plus important fonds de dessins du maître de Manet conservés dans une collection publique.

Riche et varié, ce fonds permet d'éclairer de nombreux aspects de sa carrière et de son oeuvre. La carrière du peintre est ainsi évoquée grâce aux dessins, esquisses et photographies, d'oeuvres tels Le Fauconnier, le Souper à la Maison d'or et le projet de décor du Pavillon Denon du Louvre. Le Baptême du Prince impérial avec les dessins préparatoires et les nombreuses esquisses réalisés pour cette monumentale toile est exceptionnellement accessible en visite groupée tous les jours à 14h30.

► Télécharger le dossier de presse de l'exposition Thomas Couture : PDF icondossier_de_presse_-_thomas_couture_bd.pdf

 
Napoléon Ier ou la légende des Arts
1800 - 1815
Du 24 avril au 27 juillet 2015
Prolongation jusqu'au 9 août
 
Regardez l’Empire tel que vous ne l’avez jamais vu !
Au lieu de célébrer la fin d’une épopée, nous vous proposons de découvrir les arts du Premier Empire sous des angles surprenants.
Au service de la gloire de Napoléon Ier, entre 1800 et 1815, ils ne peuvent être réduits à cette seule image. Dans les arts décoratifs, la peinture et la sculpture, des motifs originaux aux coloris inédits, des formes innovantes et fonctionnelles apparaissent. Entre néo-classicisme, style troubadour ou pré-romantisme, de grands noms scandent cette époque: David, Prudhon, Girodet ou Géricault.

Un goût nouveau se répand dans la société française et dans toute l’Europe, notamment dans le Grand-Duché de Varsovie, et sera une source d’inspiration jusqu’au XXe siècle.
Le palais de Compiègne en collaboration avec le château royal de Varsovie propose de montrer l’originalité, la richesse et la modernité de cette époque, à partir d’une sélection d’oeuvres provenant des principales collections publiques françaises, enrichie à Varsovie par des oeuvres des collections polonaises.
 
► Télécharger le dossier de presse :PDF icondp_napoleon_ier_ou_la_legende_des_arts.pdf

 
1914-1917, de l'hôpital au Grand Quartier Général
Le palais de Compiègne dans la Grande Guerre
 
Du 9 novembre 2014 au 9 février 2015
 
Le palais de Compiègne, situé pendant quatre ans aux avant-postes de la Grande guerre, en fut un témoin privilégié : d’abord transformé en hôpital militaire de 1914 à 1917, il accueillit ensuite le Grand Quartier Général de 1917 à 1918. Deux expositions, en 2014 et 2017, destinées à retracer les heures sombres et glorieuses de son histoire, sont prévues.

La première section rappellera le contexte international du conflit depuis 1870 jusqu’à la déclaration de guerre. On évoquera ensuite les premiers mois décisifs du conflit, qui affectèrent profondément notre région, les soldats ainsi que les populations civiles, avec le passage de la guerre de mouvement à la guerre de position (août-octobre 1914). La troisième et dernière partie prendra en compte le soldat, blessé et malade, depuis la ligne de front jusqu’à l’arrière, où il se trouve pris en charge dans les hôpitaux de campagne. Elle insistera sur le rôle de Compiègne comme base de santé, avec en particulier la transformation du palais en hôpital temporaire (octobre 1914 – avril 1917), jusqu’à l’installation du Grand Quartier Général.
A travers de nombreux documents issus des collections du palais, du musée franco-américain de Blérancourt, et de prêts d’autres institutions, elle abordera ces trois premières années de guerre.

Une deuxième exposition temporaire en 2018, intitulée

« Du grand Quartier Général à l’armistice – Le palais de Compiègne, de la Grande Guerre à la reconstruction, 1917-1919 »

Elle permettra d’évoquer la situation militaire durant les deux dernières années du conflit ainsi que la présence dans le palais du commandement militaire allié jusqu’à la contre-offensive allemande de 1918. L’exposition s’achèvera sur le bilan des destructions dont eurent à souffrir Compiègne et sa région et sur la reconstruction puisque le palais abrita l'administration des régions libérées.

► Télécharger le dossier de presse : PDF icondp_14-18.pdf
 

 
Carrier-Belleuse, le Maître de Rodin
 

Du 22 mai au 27 octobre 2014
 
Albert Ernest Carrier-Belleuse (1824-1887) fut l’un des sculpteurs les plus célèbres et certainement les plus omniprésents du Second Empire. Après des débuts dans un atelier d’orfèvre, il gravit les échelons de la formation de sculpteur jusqu’à la consécration au Salon. « C’est presque une machine à sculpter... Chaque jour sortent de son atelier des bustes, desornements, des statues, des statuettes, des bronzes, des candélabres, des cariatides ; bronze, marbre, plâtre, albâtre, il taille tout, il façonne tout, il creuse tout ; mais que cette machine a d’esprit, d’imagination, de verve ! (Edouard Lockroy,« Le Monde des Arts », L’Artiste, vol. 77, 1865, 40)


En effet, doué d’une aisance époustouflante, il dessinait et modelait tout ce que croisait son regard. Son style naturaliste, nourri de réminiscences de la Renaissance bellifontaine et d’une fascination pour le XVIIIe siècle, s’adaptait à tous les types de sculpture et aux arts décoratifs auxquels il ne cessa de fournir des modèles. Outre ses présentations aux Salons, il produisit des éditions de sujets tirés de la mythologie, de l’histoire ou de pure fantaisie, en terre cuite, bronze ou marbre, grâce à une utilisation novatrice de la technologie du temps. Il n’est aucun domaine auquel il ne contribua.


Selon la pratique du XIXe siècle, il organisa un atelier où collaboraient de nombreux praticiens qui oeuvraient à la production de ses sculptures et de leurs «dérivés». Le jeune Auguste Rodin y travailla à ses débuts et trouva chez son maître une veine décorative perceptible par la suite dans son oeuvre ; il y apprit en outre à maîtriser les moyens de sa diffusion. L’exposition, première rétrospective consacrée à Carrier-Belleuse, montrera comment, à côté de Carpeaux, il incarne la sculpture du Second-Empire, son éclectisme, sa générosité, sa capacité d’invention et ses ouvertures sur des perspectives multiples qui expliquent que Rodin fut profondément marqué par son maître.

Des prêts exceptionnels du musée d’Orsay, du musée Rodin, des Arts décoratifs de Paris, de la Cité de la Céramique, du Metropolitan Museum of Art de New York, de collections publiques et privées permettront d’apprécier l’extraordinaire qualité de son oeuvre et de mesurer son influence sur Rodin.

► Télécharger le dossier de presse : PDF icondp_carrier-belleusedef.pdf

 
Exposition Carrier-Belleuse
 
Exposition Carrier-Belleuse
 
Don Quichotte désarmé par les demoiselles du château
 
Du 12 décembre 2013 à mars 2014
► Télécharger le communiqué de presse :PDF iconcp_don_quichotte.pdf
 

 
Folie textile
Mode et décoration sous le Second Empire


 

Du 7 juin au 14 octobre 2013
► Télécharger le dossier de presse : PDF icondp_folie_textile.pdf
 
 
Un salon de thé pour l'Impératrice Eugénie
 
Du 19 octobre 2012 au 28 janvier 2013
► Télécharger le dossier de presse : PDF icondp_salon-the.pdf
 
 
Compiègne Royal et ImpérialPrésentation de photographies de Jean-Baptiste Leroux
 
Du 24 mars au 15 juillet 2012
► Télécharger le communiqué de presse : PDF iconcom_jb_leroux.pdf
 
 
Destins souverainsNapoléon Ier, le tsar et le Roi de Suède
 

Du 23 septembre 2011 au 9 janvier 2012
► Télécharger le dossier de presse : PDF icondp_destins_souverains_part1.pdf
 
 
L'Aigle Blanc. Stanislas AugusteLe dernier roi de Pologne au siècle des Lumières

Du 3 avril au 4 juillet  2011
► Télécharger le dossier de presse : PDF icondp_aigle_blanc.pdf
 
 
Ecrins impériaux, l'apparat et l'apparence
 
Du 21 octobre 2010 au 3 janvier  2011
► Télécharger le communiqué de presse : PDF iconcp_expo_bijoux.pdf
 
 
1810, la politique de l'amourMarie-Louise & Napoléon Ier à Compiègne
 

 

Du 28 mars au 19 juillet 2010

►Télécharger le dossier de presse : PDF icondp_politique_de_l_amour.pdf
 
 
A la table de l'Impératrice Eugénie
 
Du 2 octobre 2009 au 18 janvier 2010
► Télécharger le dossier de presse : PDF icondp_def_table_eugenie.pdf

 
Napoléon III et les principautés roumaines
 
Du 21 mars au 29 juin 2009
► Télécharger le dossier de presse : PDF icondp_expo_napoleoniii-roumanie.pdf
 

 
Napoléon III et la Reine Victoria

 

Du 4 octobre 2008 au 19 janvier 2009

► Télécharger le communiqué de presse : PDF iconcp_napoleon_iii-victoria.pdf
 
Titus-Carmel

Du 16 mai au 8 septembre 2008
► Télécharger le communiqué de presse : PDF iconcom_titus_carmel.pdf
Louise et Léopold

Du 25 novembre 2007 au 3 mars 2008
► Télécharger le dossier de presse : PDF icondp_louise_leopold.pdf
 
Nicolas II Esterhazy, 1765-1833

Du 21 septembre 2007 au 7 janvier 2008
► Télécharger le dossier de presse : PDF icondossier_esterhazy.pdf
 
 
Itinérance, photographies de Jean-Baptiste Leroux
 
Du 15 décembre 2006 au 12 mars 2007
 
 
Louis XVI et Marie-Antoinette à Compiègne

 

Du 25 octobre 2006 au 29 janvier 2007

► Télécharger le communiqué de presse : PDF iconcp_expo_louisxvi.pdf
 
Girodet et les décors de Compiègne
 
Du 24 septembre 2005 au 6 janvier 2006
► Télécharger le dossier de presse :PDF icondp_girodet.pdf
 
La pourpre et l'exil, l'Aiglon et le Prince impérial
 
Du 26 novembre 2004 au 31 mars 2005
► Télécharger le dossier de presse :PDF icondp_aiglon-prince-imperial.pdf
 
Les chasses de Louis XV
 
Réouverture de la galerie des chasses
► Télécharger le dossier de presse :PDF icondp_leschasses.pdf
 
L'Automne Mérimée à Compiègne 1803 - 2003
 
Du 28 septembre 2003 au 1er décembre 2003
► Télécharger le dossier de presse :PDF icondp_merimee.pdf
 
Le château de Compiègne dans la tourmente de la Grande Guerre
 
Du 6 novembre 2002 au 10 mars 2003
► Télécharger le dossier de presse :PDF icondp_1418.pdf
 
Un Tsar à Compiègne, Nicolas II, 1901
 
Du 28 septembre 2001 au 4 mars 2002
► Télécharger le dossier de presse :PDF icondp_nicolas.pdf
 
Le comte de Nieuwerkerke, art et pouvoir sous Napoléon III
 
Du 6 octobre 2000 au 8 janvier 2001
► Télécharger le dossier de presse :PDF icondp_nieuw.pdf
 
Don Quichotte, correspondances : Coypel, Natoire, Garouste
 
Du 6 février au 30 avril 2000
► Télécharger le dossier de presse :PDF icondp_donquichottte.pdf