Album photographique du train impérial

Album photographique du train impérial

Album photographique du train impérial

La route et le voyageur
Partager
Matière et technique: 
Photographie. Papier. Reliure en cuir et textile. Titre en lettres d'or.
Origine et date: 
France, 1859.
Artiste(s): 
1813
1882

Dimensions :

40,4 cm
4,3 cm
53 cm

En août 1855, la reine Victoria et le Prince Albert visitèrent Paris, invités par Napoléon III et l'impératrice Eugénie à l'occasion de l'Exposition universelle, dans le contexte du développement de nouveaux liens privilégiés entre la France et le Royaume-Uni. Arrivé à Boulogne, le couple royal prit place dans le train impérial de la Compagnie de Chemin de fer du Nord pour gagner Paris.

A cette occasion, le président de la Compagnie de Chemin de fer du Nord, le baron James de Rothschild, confia à Edouard Baldus, photographe d'architecture renommé et habitué des commandes de l'Etat, une campagne photographique des sites remarquables implantés le long de la ligne de chemin de fer, afin d'offrir la reine un album somptueusement relié, suivant la tradition des albums de prestige qui commémoraient la vie des souverains.

Quatre ans après, à l'occasion de l'inauguration de la branche reliant Paris à Compiègne via Saint-Denis, un nouvel album fut tiré à vingt-cinq exemplaires, Chemin de fer du Nord, ligne de Paris à Boulogne, sans doute pour les membres du conseil d'administration de la Compagnie et un troisième album, unique, fut offert à Napoléon III, titré Train impérial. Voyage de Paris à Compiègne par Chantilly. Dans ce dernier, les photographies de Baldus y sont complétées par de nouvelles vues, attribuées à Auguste Collard, des Ponts et Chaussées, ainsi qu'à deux photographes anonymes.

L'album de l'empereur permet d'admirer des édifices et des sites historiques ainsi que des ouvrages d'art difficilement perceptibles depuis le wagon. Les premiers donnent lieu à des vues pittoresques, parfois empreintes d’une douceur sereine comme dans les Rives de l'Oise à Creil, tandis que les seconds, gares ou ponts, constituent un nouveau sujet, inspirant une composition résolument moderne dans le Pont du passage supérieur de l’avenue des peupliers.

La photographie apparaît et se développe parallèlement aux chemins de fer, au cycle ou à l'automobile. Donné au musée en même temps que la voiture-salon du train impérial de la Compagnie des Chemins de fer du Nord, cet album occupe une place de choix au sein de la collection de photographies du musée, composée de différents ensembles, des œuvres de photographes professionnels éminents comme Baldus ou Atget à la photographie amateur de grande qualité, en passant par les archives de maisons de carrosserie ou de constructeurs automobiles.

Don de la Compagnie des Chemins de fer du Nord, 1934.