Coupe de Pise

Coupe de Pise

Coupe de Pise

Nouvelles acquisitions
Partager
Matière et technique: 
Porcelaine dure pâte céladon, décor bleu de demi-grand feu, fond lilas, décor polychrome et
rehauts d'or ; monture en bronze doré.
Origine et date: 
Sèvres, 1852 (façonnage) - 1857 (décor)

Dimensions :

36,5 cm
45,5 cm

Cette coupe de Pise achetée en 2012 faisait partie d’un ensemble de cinq coupes de même forme envoyées au palais de Compiègne par la manufacture impériale de Sèvres en 1860 pour renouveler le surtout de table en usage pendant les séjours impériaux. Trente-quatre biscuits de Sèvres à sujets de vénerie dont les modèles dataient du XVIIIe siècle animaient le centre de table. Quant aux pièces de forme, il s’agissait de corbeilles, de coupes et de potiches. Cinq coupes monumentales de la forme « de Pise » formaient notamment l’un des points d’orgue de cette garniture, dont cette coupe « fond céladon, décors bleu et or ». Cet important ensemble de porcelaines, appartenant au « service spécial » du palais, fut dispersé lors d’une vente publique organisée au palais du Louvre du 18 au 23 décembre 1871. Seuls deux vases de Rimini sont revenus au palais à une date ultérieure non connue et s'y trouvent encore.

Le matériau utilisé pour le façonnage de cette coupe est la pâte céladon, pâte expérimentale rarement mise en œuvre par la manufacture de Sèvres. Elle est associée à un décor bleu de demi-grand feu à grands rinceaux stylisés, deux éléments témoignant également d’un goût nouveau dans la production de Sèvres au début du Second Empire. Un fond lilas et des rehauts de polychromie et d’or ajoutent encore au raffinement technique et esthétique de cet objet. La modernité de l'association entre céladon et demi-grand feu peut être considérée comme un avant-coureur de l’Art nouveau. Elle révèle de manière frappante les expérimentations esthétiques audacieuses menées à Sèvres sous la Seconde République et le Second Empire.


Sous le pied, marques "Vn-52-8" gravé dans la pâte (marque du tourneur Nicolas Fischer, 1852) ; "S. 52" en bleu sous couverte (fabrication) ; N couronné en rouge, millésime non lisible (marque de décor).

Achat sur le marché de l'art parisien, 2012.