Portrait équestre de l'empereur Napoléon III

Portrait équestre de l'empereur Napoléon III

Portrait équestre de l'empereur Napoléon III

Portraits du Second EmpireNouvelles acquisitions
Partager
Matière et technique: 
Huile sur toile
Origine et date: 
1853, présenté au Salon de 1853
Artiste(s): 
1810
1860

Dimensions :

1,285 m
0,960 m

Exposé au Salon de 1853, ce portrait compte parmi les tout premiers réalisés de l'empereur après son accession au trône. Il ne semble pas avoir fait l'objet d'une commande. Auteur de nombreux portraits de cavaliers d'inspiration anglaise, son auteur, Alfred Dedreux, était l'une des gloires de la peinture équestre de son temps. Présenter au Salon un portrait du nouveau souverain était sans aucun doute un moyen efficace de conforter sa réputation. Le tableau entra toutefois en possession de l'impératrice Eugénie, qui le donna à l'une de ses amies, Madame Furtado-Heine.

 

Fidèle à son inspiration habituelle, Alfred de Dreux choisit un fonds de ciel nuageux l'anglaise pour dépeindre Napoléon III. Sur cet accord subtil de gris bleus, la pourpre du grand cordon de la Légion d'honneur et les tons rouge et or du tapis de selle brodé d'aigles impériales tranchent fortement. Napoléon III porte autour du cou la Toison d'or, prestigieuse décoration espagnole qu'il avait reçue en octobre 1850. Tourné vers la gauche, dans une pose de parade, il monte sa jument Lisa, dont la robe brillante est savamment rendue. L'ensemble de la composition, d'allure très classique, dégage une impression de noblesse et de sobriété tout fait adaptée au sujet. Il évoque la majesté et la retenue mystérieuse qui caractérisaient l'empereur aux dires des contemporains.


"Alfred de Dedreux" (signature en bas à droite)


Présenté au Salon de 1853 ; aurait été donné par l'impératrice Eugénie à son amie Madame Furtado-Heine (1821-1896), grand-mère adoptive de la princesse Murat ; mis en vente le 10 décembre 1920 à la galerie Georges Petit et acheté par le prince Murat ; collection du prince et de la princesse Murat.

Achat avec l'aide du Fonds du Patrimoine, 2011.