Les musées du Second Empire

Les musées du Second Empire évoquent art, histoire et vie de cour à l'époque de Napoléon III à travers un ensemble remarquable d'œuvres d'art et de souvenirs de la famille impériale.

 

Au sortir des appartements impériaux, l'opportunité est offerte aux visiteurs du palais impérial de Compiègne de poursuivre leur voyage dans l'histoire du règne de Napoléon III en découvrant les musées du Second Empire. Installés dans des espaces destinés au temps des « séries » à des hôtes prestigieux, tels le prince et la princesse de Metternich ou encore le baron Haussmann, le musée du Second Empire et le musée de l'Impératrice font revivre la mémoire de cette époque à travers une collection unique en son genre.

 

Au musée du Second Empire, tableaux, sculptures, mobilier et objets d'art, se mêlent comme ils le faisaient dans les résidences impériales, créant une atmosphère de luxe raffiné. Le célèbre Portrait de l'impératrice Eugénie entourée des dames de sa cour (1855), par Franz Xaver Winterhalter, offre la meilleure introduction à l'ère des crinolines. Parmi les œuvres des artistes les plus célébrés en cette époque, tels Alexandre Cabanel ou Eugène Fromentin, se détachent tout particulièrement un ensemble de sculptures de Jean-Baptiste Carpeaux, qui fut convié aux « séries » de Compiègne. Des objets d'exception évoquent les arts décoratifs fastueux du temps des premières Expositions universelles. Certains proviennent du palais, d'autres des résidences impériales détruites de Saint-Cloud et des Tuileries, d'autres encore de familiers de la cour.

 

Chambre de l'Impératrice Eugénie

 

 

En contrepoint, le musée de l'Impératrice révèle la vie intime des souverains. Cette collection, initiée par le docteur Ferrand et donnée à la Ville de Compiègne en 1951, rassemble d'émouvants témoignages du quotidien d'une famille au destin exceptionnel, de la naissance de l'Empire à l'exil en Angleterre après 1870. Les descendants de la maison impériale l'ont enrichie de nombreux objets pieusement conservés par l'impératrice Eugénie elle-même, comme des reliques d'un passé appartenant à l'histoire nationale.

 

Musée de l'Impératrice : une loge avec des vêtements et des chaussures ayant appartenu à l'impératrice Eugénie

 

 

Un cabinet d'arts graphiques complète cet ensemble. Il comporte un fonds photographique très riche (portraits de personnalités du Second Empire, images liées à la vie de cour ou encore vues d'architecture, en tirages isolés ou en albums), une importante collection de dessins (notamment des feuilles dues au sculpteur Jean-Baptiste Carpeaux et au peintre Thomas Couture), ainsi que plusieurs milliers de gravures.